A u t o p o r t r a i t

Je suis né le 18 Novembre 1942 à ISSOUDUN, une petite ville du centre de la France, dans une région appelée le Berry.

Mes parents pratiquaient la musique en amateurs et jouaient du violon. C'est à l'âge de 7 ans que sur ma demande, mes parents m'ont inscrit au conservatoire pour y apprendre la musique. Cependant, après deux ans passés à l'étude du solfège, sans pratiquer d'instrument, je quittais le conservatoire pour me plonger directement dans la découverte de la pratique instrumentale, selon mon inspiration personnelle. C'est ainsi que je commençais alors à jouer de l'harmonica diatonique d'abord, puis chromatique. Et puis je m'initiais au fil des années, à la pratique du banjo, de la guitare, du piano, du saxophone alto... Tous les instruments me fascinaient et mes découvertes m'enchantaient. Il faut dire que pendant ces années, j'allais à l'école où je reçus une formation de technicien en électro-mécanique.

Vint le moment d'effectuer mon service militaire où j'ai passé mon temps au poste de ... chef d'orchestre ! C'est là où j'ai appris à jouer de la flûte douce.

De retour du service miliaire, je me lançais dans la découverte de la flûte des Andes : la kena, puis le siku, cette flûte de Pan rudimentaire des indiens d'Amérique du Sud. C'est alors qu'en 1972, au hasard des ondes de la radio, j'écoutais pour la première fois les bouleversantes sonorités de la flûte de Pan d'Europe centrale (Roumanie) : je prenais immédiatement la décision de me consacrer à ce nouvel instrument alors inconnu de moi.

Après un voyage en Roumanie (où je ne trouvais rien !) et diverses péripéties, j'arrivais enfin à me procurer l'instrument de mes rêves, dont les sonorités correspondaient si bien à la musique que je souhaitais exprimer, ce que les autres instruments que je connaissais jusque-là ne me permettaient pas.

C'est en 1976 que je rencontrais mon premier accompagnateur : l'organiste Georges BERNES. Cette rencontre eut lieu dans l'église d'un charmant village du Sud-Ouest de la France, appelé MARCIAC. C'est alors que j'expliquais à Georges la conception de mon projet musical : laisser s'exprimer la flûte de Pan librement, spontanément, sans littérature, en laissant place à l'impulsion, à l'émotion fugitive du moment, sans recherche d'une quelconque performance technique, mais avec une grande concentration spirituelle.

En 1977 nous avons donné nos premiers concerts en France et nous avons enregistré notre premier disque : "Le Mystère de Noël".
Depuis, les disques et les concerts se firent de plus en plus nombreux : France, Allemagne, Belgique, Japon, Israël, Suisse.

Je fis la connaissance de l'organiste Jean DAHAIS, de la harpiste Elisabeth VALLETTI, du percussionniste Ulrich MARXCORS, de la harpiste Magali ZSIGMOND, de Jacques BURTIN qui joue la kora (un instrument africain venant du Sénégal, de la même famille que la harpe), de la harpiste Katrine HORN et récemment du guitariste Michel DEVAUX-LUEZ ; tous de fantastiques musiciens qui possèdent le rare talent de s'exprimer spontanément avec leurs instruments, habités d'une profonde sensibilité, et qui m'aident à poursuivre ma voie vers de nouveaux horizons.